Que faire en un week-end à Nice?


Nice est une ville vraiment surprenante, bien trop souvent résumée à sa célèbre Promenade des Anglais. Au delà de sa beauté incontestable, nous nous sommes aussi intéressés à son histoire et sa vie locale, car c’est aussi cela qui fait son charme. Accompagnés de notre guide Isabelle le temps d’un week-end, nous avons arpenté le centre ville sous le regard d’une habitante passionnée, la meilleure façon qui soit pour s’imprégner de l’art de vivre niçois. Nous partageons avec vous un itinéraire à pieds exaltant et après sa lecture vous n’aurez qu’une hâte, marcher sur nos pas ! De passage une journée ou en vacances pour plusieurs jours, vous trouverez dans cet article que visiter, où se balader, où manger local…On vous donne aussi plein d’infos pour préparer votre week-end à Nice, et comme d’habitude quelques conseils photos pour revenir avec les meilleurs souvenirs en images.

C’est comment Nice ?

Habitant les Alpes Maritimes depuis plus de dix ans, nous étions souvent venus à Nice, mais cette fois nous avons littéralement fait connaissance avec la ville et en sommes définitivement tombés amoureux. D’abord pour sa splendeur bien sûr. Ce qui frappe ici, ce sont ces couleurs uniques : du bleu turquoise de la mer, le bleu profond du ciel, le rouge et le jaune dans la vielle ville. Quel patchwork magnifique !

Coincée entre la mer et la montagne, Nice étale sa beauté et offre un climat exceptionnellement doux et ensoleillé toute l’année.  Autant vous dire que vous ne prenez pas trop de risque si vous prévoyez un week-end à Nice même en hiver !

La ville est aussi le symbole de l’Art de vivre du sud. Nous avons été surpris par les nombreux lieux de détente en extérieur, la ville est comme un grand jardin ouvert à ses habitants. Les Niçois se reçoivent peu chez eux, ce qui n’en fait pas des gens associables; au contraire, ils savent profiter de la nature très présente en ville et sont toujours partants pour un pique-nique entre amis. La gastronomie traditionnelle nissarde est d’ailleurs succulente et protégée par un label, nous vous en parlons plus loin dans cet article. Et enfin, son attraction culturelle est trop peu connue, quel dommage ! Entre art et histoire, ses musées méritent tous une halte.

Matériel photo: comme à nos habitudes, nous étions équipés des Fuji XT1 et XT10, avec les optiques Fujinon XF 18-55 f2.8-4 et Fujinon XF 55-200 f3.5-4.8.

L’itinéraire idéal pour un week-end à Nice

Nous vous proposons un circuit à pieds réalisable en un ou deux jours selon le temps que vous passerez dans les musées. Et si vous avez plus de temps ou si vous habitez dans la région, vous y trouverez aussi plein d’idées pour de nouvelles visites ! Voilà un petit résumé de notre parcours :

– La Promenade des Anglais
– la Colline du château
– Le Cours Saleya
– La Promenade du paillon
– Le vieux Nice
– Le port

Un peu d’histoire

Nice est très ancienne contrairement à ce que l’on pourrait croire, mais les vestiges ont presque totalement disparu.
Nous vous invitons à visiter le Musée archéologique qui propose un parcours dans le passé sur deux lieux à deux périodes différentes : Terra Amata, qui renferme des vestiges archéologiques de la préhistoire, et le site de Cimiez où se trouvent des vestiges de l’époque romaine (voir plus loin dans cet article).

A partir de l’Antiquité, la cité est très convoitée et se trouve attaquée pendant plusieurs siècles. Il ne reste donc presque plus rien de cette époque. Au XIVème siècle, le Comté de Nice est rattachée à la Savoie, et ce jusqu’en 1860 (excepté deux brèves interruptions). Nice est enfin rattachée à la France par le traité de Turin en 1860. Rapidement une voix de chemin de fer est construite , et permet le transport de marchandises (olives, fruits, fleurs) et surtout des touristes qui s’arrêtaient pour la plupart à Hyères, découragés par le trajet de deux jours supplémentaires en diligence.

L’architecture à Nice

On retrouve trois styles d’architecture à Nice: Baroque, Belle Epoque, et enfin Art-déco.

Les bâtiments baroques apparaissent au 16ème siècle lorsque la ville s’étend au pied de la colline du château. Les plus remarquables sont le Palais Lascaris (voir le paragraphe qui lui est consacré plus bas) ainsi que plusieurs églises, comme la Chapelle de la Miséricorde (cours Saleya).

Le style Belle Époque correspond à la période où Nice devient Française, et se poursuit jusque la première guerre. On retrouve le palais Regina à Cimiez, ou encore l’Hotel Boscolo Exedra Nice (boulevard Victor Hugo).

Le style majoritairement représenté à Nice est incontestablement le style Art-déco, à partir de 1920, la ville comportant pas moins de 4000 bâtiments!


La Promenade des Anglais


Jusqu’au 18ème siècle, la population vivait renfermée derrière les murailles de la vieille ville, se protégeant des invasions. Plusieurs événements modifient alors le rapport des habitants à la mer: les murailles sont détruites par Louis IV, le port est transféré à sa position actuelle, et les terrasses sont construites sur les toits du cours Saleya. Cette promenade dominant la mer devient le centre de la vie mondaine. On la voit sur la photo de gauche ci-dessous. La photo de droite est prise au pied de la jonction de la muraille toujours présente le long du cours Salaya.

Thobias Smollet, un romancier écossais, raconte son passage dans la ville de Nice vers 1760 au travers de lettres. Ses récits attireront de nombreux Anglais à Nice, particulièrement en période hivernale. On pourrait d’ailleurs le considérer comme l’ancêtre du blogueur!

Les Anglais installés à Nice pour le climat et surtout la mer, ne pouvaient hélas aisément en profiter . C’est un révérend anglais, Lewis Way, qui fit alors construire la promenade des Anglais en 1821. Cherchant un moyen de faire accepter la construction d’une église anglicane, il organise une levée de fond auprès de la communauté anglaise et donne ainsi du travail à de nombreux ouvriers Niçois.
La Promenade est au départ un modeste sentier de terre de deux mètres de large, fréquentée par le peuple. C’est d’ailleurs pour cela que les entrées des bâtiments cossus qui longent la Promenade sont dans la rue parallèle à l’arrière, et non côté mer. A force de travaux d’améliorations, elle deviendra un lieu touristique majeur de la ville.

Les célèbres chaises bleues apparaissent en 1950, conçues par l’inventeur Charles Tordo. Elles étaient fabriquées en bois de hêtre ou platane, la ferronnerie était mise en forme à l’aide d’une cintreuse de son invention. A l’époque , s’asseoir était payant: on se voyait remettre un ticket par la « chaisière » qui donnait le droit de s’installer sur l’une des huit-cents chaises commandées initialement.
La fabrication a cessé en 1969. Depuis son design a changé et elles sont bien moins nombreuses mais gratuites.

Le Musée Masséna

Accolé au célèbre hôtel Negresco, la villa Masséna est le musée immanquable de Nice. La villa a été offerte à la ville par la famille propriétaire, à condition d’ouvrir les jardins et d’en faire un musée. Souhait respecté, puisque qu’il retrace de façon passionnante l’histoire de la ville et de la Promenade des Anglais, avec son jardin tout-à-fait agréable.

Continuez sur la Promenade des Anglais jusqu’à la colline du château. Vous passerez devant le jardin Albert Premier, renfermant le théâtre de Verdure (lieu de concert pendant l’été).


La Colline du Château


Pour avoir une vision d’ensemble de la ville, rien de tel que de prendre de l’altitude! La colline du château est un lieu immanquable. D’abord parce que la vue de là-haut est spectaculaire, mais aussi pour mieux appréhender les différents quartiers. Idéal donc en début de visite!

On y accède à pieds par des escaliers ou un ascenseur depuis le quai des Etat-Unis (prolongement de la Promenade des Anglais). L’ascenseur, gratuit et montant à 92m, n’est pas forcément un mauvais choix, puisqu’on trouve dans le couloir y menant une série d’affiches retraçant l’histoire du château. Vous pourrez redescendre par les escaliers, ou l’inverse pour les plus courageux!

Conseil photo: préférez le matin pour gravir la colline du château, sinon gare au soleil de face qui vous gâchera la photo de la Promenade des Anglais!

Depuis les différents points de vues, on comprend mieux l’organisation de la ville: au départ n’existait que le château, puis la ville s’est étendue en bas de la colline, qui correspond aujourd’hui au Vieux-Nice. L’arrangement des bâtiments y est plutôt désordonné. Puis en s’éloignant les rues sont plus rectilignes. Le paillon, recouvert par la coulée verte aujourd’hui, marque une nette séparation entre la vieille ville et la ville moderne.

Dans le parc du château on ne trouve seulement que quelques vestiges de la ville médiévale, mais le jardin botanique doublé d’un parc constitue une agréable promenade, un terrain de jeux pour les enfants, une aire de pique-nique, ou tout simplement un lieu de détente à l’ombre des pins.

Depuis la colline on a une vue à 360° sur la ville. A l’arrière donc, voici le port. Nous nous y sommes rendus à pieds un peu plus tard (voir plus loin dans cet article).


Le Cours Saleya


En quittant la colline du château, direction la vieille ville, en passant par le Cours Saleya. C’est un lieu de rendez-vous pittoresque incontournable pour les habitants et les touristes. Tous les jours du mardi au dimanche, le marché aux légumes ravit les papilles. Il est suivi l’après-midi par le marché aux fleurs, tout aussi fréquenté et réputé.

Sur la place Charles Felix, trône une splendide maison jaune dans laquelle a vécu Matisse. A l’opposé, la chapelle de la Miséricorde de couleur jaune également, est un bel édifice d’art baroque.

Au milieu de la place, empruntez les escaliers au niveau de la porte vers la mer. Un point de vue surprenant sur le marché!

Quittez le Cours Saleya à l’angle de la Chapelle de la Miséricorde, sur la place Pierre Gauthier qui fait face au Palais de la Préfecture.

Tournez à gauche rue Alexandre Mari et rejoignez la place du Palais de Justice. Au centre vous verrez une fontaine, sur la gauche la Tour de l’Horloge, et au fond le glacier « Oui, Jelato » pour les gourmands.

Et si vous tournez à droite rue de la Préfecture, un autre point de vue sur la Tour de l’Horloge s’offrent à vous.

On peut commencer à arpenter le Vieux Nice, ou alors rejoindre la place Masséna pour suivre la Promenade du Paillon. De là on peut toujours rejoindre la vieille ville qui se situe à droite du Paillon.


La Promenade du Paillon


La Place Massena, pont du passé au présent

Au niveau de l’immense place Massena coulait il y a 150 ans le Paillon, enjambé à l’époque par le pont Neuf. Il fut ensuite enterré et correspond aujourd’hui à la Coulée Verte. La place Massena fait la jonction entre le quartier moderne (l’avenue Jean Médecin et son tramway), et la vieille ville.
La fontaine du soleil est entourée de bâtiments aux façades rouges et le sol en damier est presque hypnotique!

La Coulée Verte

Le début de la promenade est marqué par l’ensemble de fontaines qui forment un immense terrain de jeu pour les enfants. Même lorsqu’elles sont à l’arrêt , les reflets dans le sol trempé constituent eux, un terrain de jeu pour les photographes.

Ce sentier botanique à la végétation des cinq continents est rendu possible grâce au climat méditerranéen. La floraison est donc présente quelle que soit la saison!

Plus loin, une gigantesque aire de jeux en bois ravit les famille. De grandes pelouses permettent une pausse ombragée à l’été ou un pique-nique au soleil à l’automne et au printemps.

Si vous êtes équipé d’un téléobjectif, n’oubliez pas de lever les yeux! De part et d’autre de la promenade du Paillon, admirez les bâtiments anciens à l’architecture diverse.

Si vous parcourrez la Promenade du Paillon jusqu’au bout, vous atteindrez le TNN (Théâtre National de Nice) que l’on aperçoit sur la photo ci-dessus, puis juste derrière le MAMAC (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain).


Le Vieux Nice


Arpenter la vieille ville est très plaisant. C’est un dédales de ruelles aux façades multicolores, on aime s’y perdre pour découvrir à chaque coin de rue un bâtiment, un café ou une boutique atypique, sans parler des restaurants nissards et des glaciers artisanaux (consultez notre paragraphe consacré à la gastronomie niçoise en bas de l’article).

Tiens, on aperçoit la cascade sur la colline du château là-haut! (photo de gauche ci-dessous)

Conseil photo: anticipez vos réglages. Dans les ruelles le manque de lumière risque de conduire à des photos floues. Montez en ISO et surveillez la vitesse.

Ouvrez vos yeux: au ciel ou à vos pieds, l’esthétique est partout!

Le Palais Lascaris

Autre musée intéressant avec la villa Masséna, le Palais Lascaris mérite amplement une halte, pour ses décorations de style Belle-Epoque, mais aussi pour son incroyable collection d’instruments de musique anciens.

Pour l’anecdote: les portes penchées ne sont pas une erreur de conception, il s’agissait simplement de protéger les tapis.

Nous voici place Rosseti, devant la Cathédrale Sainte-Réparate.

Conseil photo: pensez à monter en ISO pour photographier l’intérieur des Eglises si vous ne voulez pas de photo floue!

On peut sortir de la vieille ville par la splendide « pouorta Faus » et son plafond doré. On se retrouve alors sur le boulevard Jan-Jaurès et la Promenade du Paillon.

Le nord de la vieille ville est beaucoup plus calme et possède un charme très authentique, comme dans un petit village. Depuis la promenade du Paillon, on peut rejoindre ce quartier par la Place Saint-François par exemple, lieu du marché au poisson quotidien.

Depuis la vieille ville, plusieurs accès à la colline du château sont possibles: au bout de la rue Rosseti (photo de gauche ci-dessous), ou depuis la place Sainte Claire en haut de la rue de la Providence (photo de droite ci-dessous).

Place Garibaldi

A l’extrême nord de la vieille ville, au bout de la Promenade du Paillon, vous voici sur la place Garibaldi.

Initialement bâtie pour l’arrivée de la route royale depuis Turin, c’est en 1870 qu’elle prend le nom de Garibaldi, en l’honneur du général italien né à Nice. La statue sera érigée seulement vingt ans plus tard. Pour l’anecdote, elle a du être déplacée de vingt mètres pour les travaux du tramway.

Les immeubles entourant la place comportent tous des arcades, et de nombreux bars et restaurants y sont installés. En 2012 elle a été entièrement rénovée comme elle l’était à sa construction, à l’aide de photographies d’époque.


Le Port


Rejoignez le port par la rue Cassini depuis la place Garibaldi.

Les Pointus

La tradition de pêche est toujours présente à Nice. On pêche surtout le thon et du poisson de roche comme la rascasse et le rouget.
Les barques en bois multicolores appelées les Pointus en font un port authentique plein de charme.
L’association Les Mouettes fait perdurer cette tradition des pointus depuis 80 ans en formant les jeunes à leur entretien. Leur local se situe au niveau des anciennes galères qui ont été réhabilitées en février 2017; elles accueillent aujourd’hui des expositions photographiques.

La navette maritime Lou Passagin

Astuce: Vous voulez retourner vers le centre ville sans avoir à faire tout le tour du port? Prenez la navette gratuite Lou Passagin. Elle se situe juste après le quai des Pointus, et vous atteindrez en quelques minutes le quai d’en face, au niveau du marché aux puces quotidien. Arrêté depuis les années 60, ce service a repris en 2012 à bord d’un Pointu fonctionnant à l’énergie solaire. Les niçois et touristes renouent avec la tradition dans la modernité!

Attention, elle ne circule que l’été, de mai à octobre (oui oui le climat niçois ne possède que deux saisons…).

La grue et le Phare

Pour les marcheurs, poussez la balade jusqu’au phare. Vous passerez devant la grue Applevage n°14 pas banale: c’est la dernière grue portuaire de ce type. Elle n’est plus utilisée mais classée monument historique.

Le monument aux morts

Sur le retour en quittant le port, longez le bord de mer en passant devant le monument aux morts de Rauba-Capeù, qui a été érigé en 1927 en l’hommage des Niçois morts pendant la première guerre mondiale.


Pour aller plus loin


Les plages

Profitez des plaisirs de la mer à Nice est aisé, puisqu’elle ne comporte que peu de plage privées (15 sur 7 km).
Le long de la Promenade des Anglais, la plage est faite de galets gris, et mène dans une eau turquoise et claire.
La circulation abondante sur la Promenade pourrait gâcher le plaisir de ceux qui préfèrent la tranquillité.

Pour un cadre plus sauvage, rejoignez les criques le long du sentier du cap de Nice. Après le port, atteignez la plage de la réserve qui fait face au phare rouge et blanc. Un ancien plongeoir y a été transformé en restaurant. Longez ensuite la route du bord de mer jusqu’au petit jardin Félix Rainaud et empruntez le sentier qui descend à la plage Coco Beach.
C’est d’ailleurs ici que démarre le sentier de randonnée du Mont BoronSi vous avez deux heures devant vous, cela vaut la peine de gravir la colline pour la récompense de la vue splendide! C’est une balade agréable, de niveau facile hormis les nombreux escaliers à grimper…

Le MAMAC

Si vous en avez le temps , visitez le MAMAC (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain). Outre l’intérêt des expositions, les terrasses sur le toit offrent une vue imprenable sur la ville.

Nous nous y sommes rendus à l’occasion de la nuit des musées, ce qui nous a permis d’obtenir de belles photos à la tombée de la nuit.

Cimiez

Le quartier Cimiez est situé au nord du centre ville, il vous faudra prendre un bus de ville ou le bus touristique Nice le Grand Tour (voir notre paragraphe plus bas « Comment se déplacer à Nice? »).

Le Musée Matisse et les ruines

Dans le parc se trouve le musée Matisse aux façades rouges, ainsi que les ruines romaines. Nous n’avions malheureusement pas pu visiter les arènes, dont l’accès était fermé ce jour là.

Le Monastère de Cimiez

La basilique est un magnifique édifice religieux, et le jardin offre de jolis points de vue. C’est l’ancien potager des moines, qui ont d’ailleurs inventé la salade mesclun en mélangeant différentes graines entre elles, si si!

Bon plan: le French Riviera Pass

Le French Riviera Pass donne accès à la quasi totalité des activités culturelles de Nice et ses environs. De quoi s’occuper pendant 24, 48 ou 72h. Le tarif est vraiment très intéressant si vous prévoyez au moins 3 musées ou activités. Hormis les activités payantes déjà citées dans cet article, il permet d’accéder gratuitement à:
– tous les musées Niçois
– Le circuit en bus Nice Le Grand Tour
– Le musée océanographique de Monaco
– Le parc Alpha (parc abritant des loups dans le Mercantour)
– la crypte archéologique dans le vieux Nice
– une session de snorkelling au port de Nice
– une session de Segway pour découvrir Nice de façon originale
– Le parc Phoenix
– L’observatoire
– L’astrorama de Eze

Si vous avez plusieurs jours devant vous, inspirez-vous des itinéraires proposés par l’office du tourisme de Nice: Les Boucles Découvertes.


La gastronomie Nissarde


Où manger de la cuisine nissarde traditionnelle?

La gastronomie est une tradition à la laquelle les Niçois sont très attachés. Pour preuve, un label « cuisine nissarde » a été crée en 1995, et a refait peau neuve en 2013. L’objectif: valoriser la cuisine nissarde authentique et faite maison. Deux catégories ont été crées, les restaurants et « merenda e goustaroun » correspondant à la vente à emporter, reflétant l’habitude niçoise de manger dehors.
Consultez la liste des restaurants labellisés.

A Buteghinn’a

Notre coup de coeur: le Buteghinn’a,  « la petite boutique » en génois, situé dans le Vieux Nice (à l’angle de la rue du marché et des escaliers de la Descente du marché). Dans une ambiance familiale, nous avons eu le privilège de goûter un assortiment de spécialités locales : petits farcis, panisses, trouchia, poivrons marinés, ratatouille, pissaladière, soupe au pistou, barbajuan, caviar d’aubergine…Sophie aux fourneaux et Marcelle au service vous accueilleront chaleureusement sur la petite terrasse ou en vente à emporter.

Le Joya

Dans un style ultra moderne, nous avons aussi aimé le Joya dans le quartier branché de la place du Pin (proche de la place Garibaldi). C’est un lieu atypique, entre espace de coworking, boutique déco, bar et restaurant. A l’heure de l’apéritif, on déguste un plateau garni de sardines, rillons, légumes crus et son fromage frais, du brie au mascarpone et basilic fait maison, du caviar d’aubergine, et une fougasse qui sort du four. En boisson, goûtez la limonade artisanale biologique à la figue.

Le Spity Beach Bar restaurant

Si vous préférez manger sur la plage, rendez-vous au Spity Beach, du même nom que le Sptity Hotel où nous avons passé la nuit. Situé sur la Promenade des Anglais, de nombreuses tables ombragées vous accueillent pour boire un verre où manger. Ambiance typique de la côte d’azur, avec le turquoise de l’eau, les transats et parasols, la musique lounge. Un cadre idyllique!

La boulangerie-pâtisserie Jeannot
Si vous manquez de temps et souhaitez manger sur le pouce, la boulangerie-pâtisserie Jeannot a la réputation d’être l’une des meilleures de la ville. On confirme, on s’est régalés autour d’un bagel, d’un wrap, d’une part de pissaladière et d’un cheesecake. Elle se trouve rue Saint-François, proche du marché aux fleurs.

Restaurants originaux

O quotidien (rue Saytour) est une épicerie bio où l’on peut manger le midi.

Sinon pour la bonne cause, le restaurant solidaire sous l’église Saint-Pierre permet aux personnes démunies de venir manger de façon anonyme au milieu des clients. En effet, une partie de votre addition servira à financer des repas servis gratuitement.

Dans le quartier populaire Libération (derrière la gare) que nous affectionnons particulièrement pour sa vie associative, rendez-vous au Court-Circuit Café. Lieu d’échange, de culture, de débat, venez déguster des repas biologiques préparés uniquement à base de produits locaux, souvent végétariens, et soutenez ainsi l’association. Accueil convivial garanti!

Les vins

Oui, il y a des vignobles sur les collines de Nice: les vins de Bellet ; ces vins accompagnent toujours les plats dans les restaurants de cuisine nissarde.
Le restaurant Buteghinn’a nous a fait goûter le vin de Saint-Jeannet, du domaine des Hautes Collines. Ce vin est unique en son genre: il est laissé plusieurs mois dans des bonbonnes de verre en plein soleil. Le blanc est délicieux et accompagne parfaitement les plats traditionnels!

Autres spécialités locales

La Confiserie Florian, sur le port, vous propose des bonbons à base de fruits et fleurs de la région. Essayez les cristaux de violette à mélanger dans le champagne, un délice parait-il!
Les Socca-chips sont des chips à la farine de pois chiche. Tout comme la socca, ils sont très appréciés ici.
Le pastis niçois n’a rien à envier à celui de Marseille, et pour ceux qui n’apprécient pas particulièrement l’anis, des pastis aromatisés les satisferont.
Le brasseur artisanal de Nice propose des recettes originales de bière à la farine de pois chiche ou à l’écorce d’orange. Rendez-vous chez Olivier Cautain, rue Villermont.


Informations utiles


Comment se déplacer à Nice?

Stationnement

Nous vous déconseillons de venir en voiture à Nice si c’est possible car le stationnement y est excessivement cher.
Quelques parkings relais Parcazur sont répartis à l’extérieur du centre ville, dont l’accès est gratuit avec l’achat d’un titre de transport (à quelques minutes du centre ville en tramway).
Il est possible de tout visiter à pieds une fois dans le centre ville.

Vélo

Sont également à disposition des vélos en location, comme dans plusieurs grandes villes de France, appelés ici Vélo bleu. Les stations sont réparties sur le bord de mer jusque Cagnes-sur-Mer, et quadrillent toute le centre ville.

Circuit touristique en bus

Si vous souhaitez avoir un aperçu complet de la ville sans vous fatiguer, prenez le bus rouge Nice le Grand Tour. Depuis l’étage extérieur, la vue est imprenable! Montez et descendez quand vous voulez aux 13 arrêts répartis dans toutes la ville. Pendant la saison estivale, il rejoint même Villefranche sur mer. Il s’arrête en particulier aux musées Chagall, Matisse et aux arènes de Cimiez au nord de la ville. Le départ se situe avenue des Phocéens, perpendiculaire à la Promenade des anglais longeant le jardin Albert 1er.

Où dormir?

Nous vous recommandons le Spity Hotel, établissement 4 étoiles qui vous accueillera dans une décoration atypique. La chambre bleue au design géométrique s’ouvre sur une petite terrasse. Ne soyez pas surpris par la salle de bain et sa porte transparente, ouverte sur la chambre…

Le petit déjeuner est copieux: il est servi en buffet, avec des produits de qualité et à volonté,  dans une salle de style scandinave. Le coin piscine sur le toit vous attend ensuite pour un bain de soleil matinal.

Pour les petits budgets, nous vous recommandons l’auberge de jeunesse Ozz proche de la gare. Elle propose des chambres ou des lits en dortoir dans un style moderne et convivial.

Comment venir à Nice?

  • En avion, avec Easy Jet ou Air France
  • En train (TGV ou TER) jusque la gare Nice-ville
  • En voiture, par l’autoroute A8
  • En bus depuis Cannes ou Antibes par la ligne 200 (1,5€)

Quand venir à Nice?

Ce qui est bien à Nice c’est que le soleil est (presque) toujours au rendez-vous, donc vous pouvez venir passer un week-end à Nice toute l’année!

Et pour toute information supplémentaire, consultez le site de l’Office du tourisme de Nice.

Un grand merci à l’office du tourisme de Nice et notre guide Isabelle pour cette visite enrichissante!

Le guide Michelin de Nice

Epinglez l'article !

  • Envoyer cet article à un ami

2 Avis

Aurélie
Reply 16/10/2017

Mais quel bel article ! Ce fut un véritable plaisir de redécouvrir ma ville à travers ce récit photos. Waw et merci !

    Stéphanie Junak
    Reply 17/10/2017

    Merci Aurélie, je suis heureuse que notre article plaise à une Niçoise :-)

Participer à la discussion

Votre email ne sera pas publié *